Bande dessinée numérique : un accord historique ?

La dépêche AFP a fait le tour du web. L’information a non seulement été reprise par les sites spécialisées mais également relayée par les grands médias généralistes (d’Europe 1 au Point en passant par Les Echos). C’est assez rare pour une information concernant le petit monde de la bande dessinée. Notez cependant qu’il s’agissait d’un évènement capital puisqu’il était qualifié d’ « Historique ».

Mais quelle était cette nouvelle qui allait peut-être changer la face du monde ?

Les principaux éditeurs franco-belges de bande dessinée (Dargaud, Dupuis, Delcourt, Glénat, Casterman, Bamboo) annonçaient « avoir signé pour la première fois un accord pour développer une politique concertée de mise en avant de la BD numérique, en mettant en commun leurs moyens et leurs catalogues dans BANDE NUMERIQUE. » On en reste soufflé.

C’est Izneo, la plate-forme de distribution de bande dessinée, qui serait le bras armé de cette politique, le premier outil pour « participer à la construction de ce futur numérique ».

Alors bien sûr, il s’agit certainement d’un accord important bien que la nouveauté nous échappe au Rapide. Iznéo existait avant cette annonce et permettait déjà d’avoir accès au catalogue numérique de ces éditeurs.

Il s’agit ensuite d’une annonce quelque peu frustrante. Les protagonistes nous parlent d’une association au sein d’une entité (?), BANDE NUMERIQUE, sans en détailler les objectifs précis et les moyens.

En matière de bande dessinée numérique, les lecteurs que nous sommes attendent aussi de la part de ces éditeurs des initiatives originales en matière de lecture sur écran, des projets numériques innovants et pas simplement la mise à disposition d’un catalogue existant (les pirates font déjà ça très bien).

BANDE NUMERIQUE est peut-être un accord historique, mais avec un petit « i ».

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePrint this page

1 réflexion au sujet de “Bande dessinée numérique : un accord historique ?”

  1. « les lecteurs que nous sommes attendent aussi (…) des initiatives originales en matière de lecture sur écran, des projets numériques innovants » :

    Une initiative originale ? Essayez le TurboMedia !
    Oui, le cartoonist Balac s’était fait la même réflexion que vous : comment la BD sur écran pourrait-elle évoluer, en terme ergonomie et de possibilités artistiques, sans se laisser abuser par les sirènes du multimédia ?

    Tout simplement en réunissant ces « cartes à jouer » que sont les cases d’une BD en une seule pile, et en jouant sur la superposition ! On découvre ainsi une nouvelle façon de lire des images.
    Des suites de cases et des bulles comme pour la BD, du flip-book et de la rémanence visuelle comme dans les cartoons, et du « suite-retour » comme avec le diaporama.

    … cela a donné le TurboMedia !
    Mais rien ne vaut un exemple :
    http://www.scoop.it/t/turbo-media-naissance-d-un-nouveau-medium/p/43449067/le-blog-a-malec-turbo-media
    Et un site de référence avec tout plein d’autres exemples (hem…) :
    http://www.scoop.it/t/turbo-media-naissance-d-un-nouveau-medium

    Gipo
    http://twitter.com/TurboGipo

Les commentaires sont fermés.