Les médias ne sont pas « la machine influente » : le manifeste en bande dessinée

Le livre s’appelle The influencing machine. Il n’est pas encore traduit en français mais on peut se risquer, sans commettre un grave contresens, par traduire le titre par « La machine influente » ou « la machine à influencer ». C’est une bande dessinée, mais pas une œuvre de fiction, plutôt une réflexion, un manifeste diront certain, sur le pouvoir des médias, leur rôle dans la société depuis l’invention de l’écriture et jusqu’en 2045.

Écrit par Brooke Gladstone, journaliste et spécialiste des médias, elle est l’éditrice du site On the Media, et dessiné par Josh Neufeld, The influencing machine défend la thèse selon laquelle les médias ne sont pas la machine influente que l’on évoque couramment, le 4ème pouvoir, mais un miroir. Et que ce qui nous effraie, ce n’est pas le pouvoir des médias, mais notre propre image qui se reflète dans la presse, la télévison, la radio et aujourd’hui l’Internet.

Brooke Gladstone, qui connait le pouvoir des images, explique qu’elle a choisi la bande dessinée pour offrir un exposé qui ne soit pas indigeste, comme peuvent être de nombreux opus sur les médias et la communication.

Le livre n’est, pour le moment, disponible que dans son édition américaine. Une lecture salutaire que l’on conseillera donc, dans l’immédiat, à Dominique Strauss-Kahn en séjour forcé de l’autre côté de l’Atlantique.

 

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePrint this page