Festiblog 2012 : des blogueurs hors-ligne mais au contact

Le miracle a encore eu lieu ! Ils sont tous venus. Les fidèles d’abord, qui ont battu le pavé parisien 2 jours durant à la recherche du dessin sacré ; les blogueurs ensuite prêts à sacrifier de bonne grâce au rituel de la dédicace.

Il y a en effet quelque chose de religieux dans le Festiblog (le festival des blogs BD qui se tenait ce week-end devant la mairie du 3ème arrondissement à Paris). Comme une religion des origines, sans or ni apparat. Sans grand prêtre non plus. Une messe sans intermédiaire entre un public de fans et des auteurs d’ordinaires sans visages. Et Parfois l’on en vient même à se demander qui est revenu rencontrer qui : le public leur blogueur favori ? ou le blogueur son public ?

Un festival BD sans éditeurs ; ou discrets ; ou des éditeurs qui sont eux-mêmes en train de dédicacer (Wandrille des éditions Vraoum ou Thomas Cadène, éditeur numérique des Autres Gens). Un festival BD sans caisse enregistreuse ; et si il y a une banque parmi les sponsors, c’est la banque de notre Livret A, celui que l’on a cassé à 18 ans pour passer un week-end à Angoulême avec Sophie.

Comme diraient les théoriciens de l’Internet, le Festiblog c’est un peu, 2 jours par an, une Zone Temporaire Autonome. Allez, bon, j’idéalise un peu…

Lolita et Pénélope Bagieu et Boulet (debout)

Pénélope Bagieu

Wandrille

Yatuu 

Sess et Paka

Paka

Bambiii

Erwann Surcouf

Davy Mourier et Monsieur Poulpe

La relève

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePrint this page

1 réflexion au sujet de “Festiblog 2012 : des blogueurs hors-ligne mais au contact”

Les commentaires sont fermés.