Adrian Tomine : de la ligne crade à la ligne claire

Image extraite de New York Drawings, d’Adrian Tomine (Drawn and Quartely)

Tandis que Delcourt publiait il y a peu sous le titre 32 Histoires les oeuvres de jeunesse d’Adrian Tomine, Drawn and Quartely, son éditeur Nord Américain, publie une compilation des derniers travaux, illustrations et bandes dessinées, que le même Tomine à réalisé pour The New Yorker, le magazine de l’intelligentsia new yorkaise.

Pourquoi cette phrases de 200 mots pour commencer cet article me direz-vous ? Ou veux-tu en venir Le Rapide ? 2 ouvrages du même auteur à quelques mois d’intervalles, dans Le Monde des Livres on appelle ça un « hasard du calendrier éditorial« . Alors dis-nous ce qu’il y a de commun entre les 32 Histoires et New York Drawings (pas encore publié en France ; mais des libraires en ligne peuvent vous l’acheminer séance tenante).

Et bien, il n’y a rien de commun entre les 2 ! Voilà où je voulais en venir. On pourrait même croire que les 2 ouvrages sont l’oeuvre de 2 auteurs différents. En tout cas à première vue.

En 1991, Adrian Tomine a 17 ans, il édite lui-même ses histoires courtes, auto-fictionnelles, pleines d’aplats noirs et de hachures. Le journal d’un adolescent, un peu solitaire qui ne s’intéresse qu’à la bande dessinée.

20 ans plus tard, Tomine a rencontré la lumière. Son dessin devient plus sage, les lignes sont maîtrisées, géométriques. Le geek qu’on méprisait à l’université est désormais adulé par les intellectuels new-yorkais. Son dessin s’est métamorphosé.

Mais est-ce que Tomine a changé ? On retrouve dans ses dessins les plus récents le regard du type toujours un peu à la marge ; le gars qui ne fait pas vraiment parti du groupe, du club… Jamais acteur, Tomine est celui qui regarde la monde en spectateur.

A l’urgence et à la violence contenue de ses oeuvres adolescentes, Tomine propose un dessin, appliqué, presque cathodique, comme la reproduction d’une image télévisée, avec la même violence non plus contenue mais apaisée. Le privilège de l’âge.

32 Histoires d’Adrian Tomine (Delcourt)

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePrint this page