Franquin dans les marges

Le site officiel de Gaston Lagaffe (sic), publie une fois par semaine une planche originale de Franquin, scannée dans son jus d’origine, si on peut dire.

Dans la planche de cette semaine, le gag 844 dans lequel Gaston invente un peu par nécessite et beaucoup par hasard la clé de voûte, on trouve une annotation au crayon de Franquin uniquement destinée au coloriste maison : Leonardo.

« Cher Leonardo, cette planche n’a pas été dessinée spécialement pour vous torturer. Donc, couleurs ad libitum et simplifiez dans la mesure du possible – ce que j’ai fait, moi, me semble donner une planche un peu trop sombre. Cordialement. Franquin. »

Ce qui est touchant (mais je suis un grand sensible), c’est qu’il ne s’agit pas d’une simple indication technique. Ce qui ressort de cette simple note, c’est, il me semble, la gentillesse et  l’humilité de Franquin. Deux marques d’un génie véritable.

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePrint this page