Kobo Arc : la tablette BD friendly ?

Face au Kindle d’Amazon, ou à l’iPad d’Apple (mais on joue déjà dans une autre catégorie), Kobo, la liseuse numérique commercialisée en France par la Fnac, fait figure d’outsider. Pourtant, l’arrivée à la mi-novembre, du dernier produit de la marque, le Kobo Arc, pourrait bien être le meilleur compromis pour le lecteur qui souhaite lire des bandes dessinée au format numérique.

Prix et couleur

Le Kobo Arc est une tablette couleur disposant d’un écran de 7 pouces. Attention, même si c’est déjà plus qu’une liseuse, cela reste néanmoins un produit dédié principalement à la lecture.  Niveau prix, donc, rien de comparable avec celui de l’iPad. La Fnac propose le Kobo Arc à 180 euros quand l’iPad est vendu plus de 450 euros. Le Kobo se place dans la gamme de prix du Kindle Fire (159 euros).

Pour le lecteur de BD, l’absence de couleur (des Kindle « classiques » par exemple) restait le plus grand frein au basculement vers la lecture numérique. Avec le Kobo Arc, voilà donc un cadenas qui saute.

Mais pour être tout à fait honnête, c’est aussi le cas du Kindle Fire, en couleur lui aussi pour une résolution d’écran un peu inférieure.

L’offre numérique

Le Kobo c’est d’abord l’accès au catalogue Fnac qui propose une offre numérique de bandes dessinées françaises supérieure à Amazon. Amazon est imbattable en revanche pour le lecteur qui souhaite livre des bandes dessinées en anglais.

BD friendly

En définitive, dans un match où les compétiteurs semblent peu ou prou à armes égales, ce qui pourrait faire pencher la balance en faveur du Kobo Arc, c’est l’intérêt porté par Kobo à la lecture de bande dessinée.

Kobo a racheté en octobre dernier l’éditeur de solutions de publication numérique Aquafadas qui a notamment développé l’outil de création de bande dessinée numérique, ComicComposer (utilisé notamment sur EspritBD).

Le principal point faible pour le lecteur de Bande Dessinée du Kobo Arc, comme du Kindle Fire, reste peut-être la taille de l’écran : avec un écran de 7 pouces il est difficile de retrouver l’expérience de la lecture papier. Mais peut-être s’agira-t-il à l’avenir de changer nos habitudes, à nous lecteurs, et les formats, pour les éditeurs.

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePrint this page