The Beguiling : le libraire nord américain fête ses 25 ans au service de la bande dessinée

The Beguiling, la fameuse librairie de Toronto (Canada) fête ses 25 ans d’existence. Attention quand je dis fameuse, il faut entendre, La librairie Monument, la Mecque du 9ème art, le lieu de culte incontournable de tous les amateurs de bande dessinée, ici en Amérique du Nord et même au-delà des frontières canadiennes.

A l’occasion de cet anniversaire, le quotidien canadien National Post s’est demandé par quel miracle The Beguiling a survécu, 25 ans durant, aux transformations des modes de distribution du livre, aux changements des habitudes de lecture et à la concurrence des nouveaux supports numériques ?

The Beguiling est certes une librairie canadienne mais la question pourrait se poser aujourd’hui pour n’importe quelle libraire indépendante, et plus encore lorsqu’il s’agit d’une librairie spécialisée dans le domaine de la bande dessinée.

The Beguiling c’est d’abord une histoire d’hommes et de passionnés. Celle des pères fondateur sen premier lieu, Steve Solomos et Sean Scoffield, qui en 1987 ouvrent une librairie de bande dessinée qui, et c’est nouveau, n’est pas uniquement réservée aux enfants ou aux adolescents avides d’exploits de super-héros. Puis de leur successeur, Peter Birkemoe, qui s’inscrit dans la même tradition. : une librairie spécialisée en bande dessinée, mais pas spécialisée dans un genre donné. On trouve dans les rayons de la librairie toute la diversité qu’est capable d’offrir la BD : comics de super-héros, mangas, roman graphiques, BD européenne, fanzines, BD anciennes pour collectionneurs…

Birkemoe résume ainsi le concept originel : « Solomos et Scoffield ont regardé ce qui se faisait dans les autres librairies de bande dessinée et ils ont fait l’exact opposé ».

Sous l’influence de Peter Birkemoe, The Beguiling a su évoluer et s’adapter au fil du temps, répondre aux attentes de nouveaux lecteurs sans décevoir les plus anciens. C’est lui qui a notamment ouvert la librairie aux productions internationales, manga et BD européenne, (Birkemoe parle couramment le français et le japonnais).

Il en a fait également un lieu de rencontres artistiques et de vente d’originaux. La librairie est  par ailleurs le centre du festival de la bande dessinée de Toronto.

Optimiste mais réaliste, Peter Birkemoe, cité par le National Post, se dit « raisonnablement confiant » quant à l’avenir du livre papier et de la librairie : « Les types de ma génération voudront toujours des livres papier, en particulier pour les romans graphiques où le rapport à l’objet physique est important ».

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePrint this page