Automne : l’album qui reboot la bande dessinée

Automne - Jon McNaught

C’est le genre d’album que l’on aimerait être le seul à connaître. Le seul à aimer même. Un album que l’on ferait découvrir uniquement à un cercle d’amis choisis ; et encore, à contrecœur ; comme ces secrets trop pesants que l’on se sent obliger de partager. Le genre d’album dont on souhaiterait avidement être l’inventeur ; comme l’on parle de l’inventeur d’un trésor pour qualifier celui qui en a fait la découverte.

Mais voilà ce n’est pas le cas. Tant pis pour mon secret trop tôt éventé. Automne de Jon McNaught a déjà été vanté par ceux qui l’on lu avant moi. L’album a même reçu le prix révélation  au festival d’Angoulême 2013. Il ne me reste donc plus qu’à révéler la révélation. Mais après tout chaque apôtre y a été de sa propre évangile.

Automne de Jon McNaught est un album qui renouvelle le regard du lecteur et parvient à élever la bande dessinée au rang d’expérience sensuelle complète. Automne est un album dans lequel on entend le bruit des feuilles tomber ; où l’on touche du doigt le temps qui passe ; où les lumières jaillissantes d’une ampoule, d’un poste de télévision ou d’un soleil parviennent à vous faire cligner des yeux.

Chez McNaught la banalité de la vie quotidienne est à couper le souffle. Et belle ! Et jamais ennuyeuse ! Jon McNaught sait révéler la beauté du monde qui l’entoure et faire d’un rideau métallique en train de se fermer, une œuvre d’art.

Automne est un album de bande dessinée d’une beauté autonome. Sans les mots et le prétexte d’une histoire. Une bande dessinée affranchie.

Automne vous envoie des images plein les yeux ; 20 par pages parfois. De petites images que l’œil capture en une seule fois sans nécessité de se promener dans la case pour l’appréhender dans sa totalité. Le parcours de l’œil est rejeté à l’extérieur des cases et la page devient la plus petite unité de lecture. C’est une lecture de la bande dessinée réinventée.

Automne semble emprunter son mode de lecture au jeu vidéo avec de pages en pages, lorsque le lecteur a vaincu l’énigme qui lui était proposée, le passage d’un niveau à l’autre.

Automne réinitialise l’œil du lecteur de bande dessinée, transforme sa vision, à tel point qu’il devient difficile de lire une autre bande dessinée immédiatement après avoir refermé Automne.

Automne - Jon McNaught

Automne (Dockwood), Jon McNaught – Traduit de l’anglais par Judith Taboy –  (Nobrow)

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePrint this page