Le blog BD du jour : No Pencil No Kebab

ines0

Je parlais il y a peu (hier en fait) d’une nouvelle génération de blogueurs BD qui semblaient esquisser un retour vers le fanzine. Je sais ce que vous allez dire, le fanzine c’est trop 70’s, c’est mal ronéotypé et ça salit les doigts. Ce n’est pas nouvelle génération.

Alors disons un retour vers « l’esprit fanzine » : une manière de faire de la BD ensemble avec les outils de diffusion d’aujourd’hui. A la version presque exclusivement individualiste de l’Internet de la fin des années 90, un auteur un blog, et à la réussite de ce modèle, on passe aujourd’hui à un chaînage plus complexe, un auteur un blog – un autre auteur un blog – un projet, des auteurs, un espace de diffusion (numérique ou non) des oeuvres réalisées.

Je crois que je me suis perdu en chemin. Il faudra que je retravaille ce passage.

Pourquoi ce long détour ? Pour vous parler du blog d’Inès Maoui, No Penci No Kebab.

Un jour elle m’écrit (hier en fait) pour me dire qu’elle a un blog, qu’elle fait des dessins dans un journal rouennais qui s’appelle Globule… Elle vend bien son truc en fin de compte. Néanmoins, ce qui retiens mon attention c’est qu’elle insiste sur un fanzine qu’elle réalise avec une bande de potes ; non, en fait elle emploie le mot membre. C’est marrant le choix de ce mot. Je me dis moi, ce qui les réunit ce n’est pas forcément des liens d’amitiés mais l’envie de se rassembler autour d’un projet commun. La BD en l’occurrence. Je reboucle avec mon chaînage complexe de tout à l’heure (là où je vous ai perdu).

Bon, je n’en reste pas là, je mets Chicago Boules de côté (c’est le nom du fanzine) et je vais voir le blog d’Inès Maoui. Comme je suis poli, je réponds à son mail et j’ajoute que j’aime bien ce qu’elle fait.

Disons le, c’est un peu tout en vrac. Pour le coup on reste dans la tradition du blog perso et défouloir. Il manque des choses à dire.  En revanche son dessin a une vraie fraîcheur. Elle ne semble pas au bout de son talent. On sent qu’il y a encore une vraie grande marge de progression.

Bien sûr les influences sont encore très marquées : la sainte trinité Boulet-Manga-Scott Pilgrim. Il y a d’ailleurs toute une nouvelle génération (je suis soûlant avec ma nouvelle génération) de très jeunes auteurs qui tournent autour de cette trilogie.

Pour revenir aux dessins d’Inès Maoui, ils sont encore meilleurs quand elle réussit à nous faire oublier ses influences.

ines4

ines3

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePrint this page

6 réflexions au sujet de “Le blog BD du jour : No Pencil No Kebab”

  1. Elle est cool Ines même si elle est Rouennaise la pauvre. Chicago Boules c’est plus que des membres c’est une famille, une drôle de famille incestueuse comme dans le Nord , d’ailleurs la plupart des auteurs sont du nord c’est dire ! Elle a un coté très manga peut être mais son style s’affirme.

    • Morgan the Slug, j’ai été obligé de supprimer la dernière phrases de votre commentaire qui me semblait relever du domaine « privé ».

      • C’était une blague, si cela peut vous rassurer elle se porte très bien et supporte très bien cette blague que je lui ai faite durant tout le festival de ce week end ^^ C’était une façon de dire qu’elle n’arrête jamais de dessiner de façon presque maladive même !Parce qu’elle est bourrée de talent! Bien au delà de simple références manga/scott pilgrimm, pas Boulet car je ne vois pas de référence à Boulet.Ses dessins sont marqués d’une vrai personnalité surtout dans ses croquis qui sont tout bonnement fabuleux! Mais en aucun cas c’est une attaque privée dirons nous , je suis bien trop urbain pour attaquer ma collègue du Chicago Boules, cela n’était que du second degrés voir plus !

        • Par privé, j’incluais la « Private Joke ». Tant mieux si on est dans la blague. Maintenant on ne sait jamais qui lit les commentaires. Pas toujours des amis !

Les commentaires sont fermés.