Max : l’homme qui dessine sur le journal

Max - Paseo Astral

Max est une des figures emblématique de la bande dessinée espagnole. Ils ne sont pas nombreux de l’autre côté des Pyrénées. Un des rares à avoir survécu à l’effervescence du milieu des années 70 et à la Movida. Un de ceux qui ont su imposer la bande dessinée comme un art véritable dans un pays où elle n’a pas tout à fait la place que celle qu’elle occupe en France.

Et pourtant, Max exposera à la foire international de l’art contemporain (ARCO) de Madrid qui se tiendra les 13 et 17 février prochains. Un dessinateur de BD dans une exposition d’art contemporain ! Qui plus est la plus importante du pays. Ça serait déjà incongrue en France.

Et Max est le premier à dire son embarras, celui de gagner les cimaises « d’un territoire étranger, hostile comme celui de l’art contemporain » (Un comic en Arco)

C’est à l’invitation du journal El Pais que Max entrera dans le monde « hostile » de l’art contemporain. Il aurait pu se contenter d’habiller le stand du journal de dessins ou planches tirées de ses albums. Il a choisi d’aller plus loin et de créer une oeuvre originale pour l’occasion. Utiliser les pages du journal comme support ; des compositions, des collages au format du journal. Au total 46 pages (intitulées Un paseo astral) exposées à l’ARCO sur le stand d’El Pais.

Max- Un paseo astral

Ceux qui ne pourront se rendre à Madrid, se reporteront avec bonheur sur l’édition française de Vapor qui paraîtra à l’Apocalypse en mars 2013.

Max - Vapor

Max - Vapor

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePrint this page