L’ombre d’Hergé

Tintin - On a marché sur la lune

C’est une simple lettre mais presque un manifeste de la ligne claire.

Dans cette lettre Hergé répond à l’universitaire spécialiste de l’image, Pierre Fresnault-Deruelle, qui s’étonne de l’absence d’ombres dans Tintin.

Hergé pose d’abord le principe général de cette absence, « s’il n’y a pas d’ombre dans Tintin, c’est uniquement dans un souci de simplification ». Hergé fait remarquer, au passage, que « depuis plus de 40 ans, vous êtes le premier à remarquer cette absence ! ». 

Puis Hergé, faisant montre qu’il est par ailleurs le premier spécialiste de son oeuvre, le tintinophile originel,  met en avant 2 exceptions :

On a marché sur la lune : « (…) les ombres démesurément longues sont un élément constitutif du décor. Observez cependant que les personnages – s’ils portent une ombre sur le sol – restent eux-mêmes éclairés d’une manière uniforme. Contradiction qui est, en réalité, un choix. Lors de l’exploration du glacier, l’emploi des ombres était une nécessité : on ne peut bien rendre la lumière qu’en l’opposant à l’ombre. »

Le crabe aux pinces d’or : « (…) dans la séquence du désert, pour faire ressortir l’éclat du soleil, l’ombre portée noire me semblait indispensable. A d’autres endroits du Crabe, j’ai indiqué des ombres portées colorées, donc plus légères. »

Cette lettre d’Hergé à Pierre Fresnault est un des lots que mettra en vente la maison de ventes aux enchères belges Millon, le dimanche 2 juin 2013. Estimation 400 à 500 euros.

Hergé

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePrint this page

1 réflexion au sujet de “L’ombre d’Hergé”

  1. En peinture, les ombres servent surtout à contraster l’image, qui ne sera pas visible de loin sans ça. Une peinture de grand format requiert des ombres pour être vue de loin. Techniquement, Hergé n’a pas ou peu besoin d’ombres. A mesure qu’il fait des progrès en dessin, Picasso se passe de plus en plus d’ombrer ses dessins de petite taille pour donner l’impression du relief autrement, ce qui lui permet d’alléger le résultat.

Les commentaires sont fermés.