Le bleu est une couleur chaude : d’un titre à l’autre

Le titre de la bande dessinée de Julie Maroh, Le bleu est une couleur chaude, a cette froideur qui parait s’opposer à l’affirmation qu’il contient. Le genre de phrase que l’on entend prononcé avec un ton doctoral : LE BLEU EST UNE COULEUR CHAUDE. Bien sûr, si on la murmurait, elle pourrait prendre un tout autre sens, le bleu est une couleur chaude, comme une déclaration d’amour, une phrase que l’on glisse à l’oreille d’un amant (ou d’une amante en l’occurrence).

Trop froid ? trop personnel ? trop intime ? le titre qui inquiète sans que l’on sache pourquoi. Tous ceux qui s’en sont approchés ont voulu l’oublier immédiatement après l’avoir lu.

Abdellatif Kechiche d’abord qui en adaptant la bande dessinée de Julie Maroh choisit pour le titre de son film, La vie d’Adèle (Palme d’or 2013 au Festival de Cannes), la distance et la position du conteur.

En anglais, le titre du film de Kechiche, Blue is the warmest colour, se rapproche du titre original mais en introduisant un superlatif, un jugement de valeur (la couleur la plus chaude) qui enlève un peu de la poésie froide du titre initial.

Enfin, la traduction anglaise de la bande dessinée de Julie Maroh semble s’orienter vers un titre, Blue Angel, qui rappelle étrangement un autre ange bleu cinématographique.

Je dis semble, car l’album ne sortira sur le continent américain qu’en octobre 2013, et si le titre Blue is the warmest color apparaît bien sur le site de l’éditeur (Arsenal Pulp Press), c’est sous Blue Angel que l’album est référencé chez Amazon.

Le bleu est une couleur chaude - Julie Maroh

Blue Angel - Julie Maroh

La vie d'Adèle

On trouve d’autres traductions étrangères de la bande dessinée, aux titres plus fidèles à l’original, sur le blog de Julie Maroh.

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePrint this page