L’e-réputation de la bande dessinée

googlebd

Il y a peu (via Robot6) je tombais sur un court-métrage de Miguel Cima, Dig Comics, dans lequel l’auteur se donne pour mission de sauver les comics.

Cima constate, à coup de micro-trottoir, qu’en fait, en Amérique, les gens normaux ne lisent plus de comics. Ils vont au cinéma, ils jouent aux jeux vidéo, lisent même des romans mais de comics, point.

Ce n’est pas vrai qu’en Amérique. Qui a part vous (et moi peut-être un peu) lit de la bande dessinée dans votre entourage ? Votre mère adorée ? De la BD, mon dieu qu’elle horreur ! Et pourquoi pas des films porno ! Votre petite sœur de 10 ans ? Elle ne sait même pas qui est Tintin ; et pour elle Obelix à la tête de Depardieu.

Alors dans la série des trucs strictement inutiles mais bougrement intéressants (ou l’inverse) passons la bande dessinée au test (empirique) de l’E-réputation et vérifions l’intuition de Miguel Cima pour la France cette fois-ci.

Mon test d’E-réputation, breveté Le Rapide du Web, consiste à taper « bande dessinée » dans Google et à comptabiliser le nombre de résultats proposés ; puis de comparer avec d’autres arts. Si tu as un ordinateur et une connexion Internet, tu peux aussi t’amuser chez toi.

Bande dessinée (avec un accent sur le e) : 7,5 millions de résultats

Ça a l’air beaucoup mais comparons avec « cinéma » et « jeu vidéo » :

Cinéma : 138 millions de résultats

Jeu vidéo : 95,6 millions de résultats

Vous allez me dire, Ouai, avec cinéma et jeu vidéo, c’était sûr…

Prenons alors « opéra ». Vous allez à l’opéra, vous ?

Opéra (avec un accent pour éliminer les résultats liés au navigateur du même nom) : 20,3 millions de résultats

Et « littérature », même si je le concède, le terme est large :

Littérature : 41,2 millions de résultats

Alors ? Il n’a pas un peu raison Miguel Cima ? Non seulement les gens normaux ne lisent pas de bande dessinée mais ils n’en parlent pas non plus.

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePrint this page

2 réflexions au sujet de “L’e-réputation de la bande dessinée”

Les commentaires sont fermés.