Pas d’images pour les ados

verne

Les anglais posent souvent les bonnes questions.

Pourquoi n’y-t-il pas d’illustrations dans les romans pour ados ? s’interroge Cathy Brett dans The Guardian.

Pendant toute son enfance le lecteur est gavé de livres gorgés d’images et vlan ! dès qu’il est frappé par la puberté, tandis que l’acné apparaît sur ses joues encore roses, les images disparaissent des livres qu’on lui propose.

Désormais c’est de mots que sera faite ta vie, mon fils (ma fille). Dis adieu à ton doudou et aux images. Les images n’ont plus a encombrer ton cerveau d’adulte en devenir.

Nonsens ! crie Cathy Brett (les anglais ont le sens de la concision). Cathy Brett est elle-même écrivaine et illustratrice. Elle écrit des romans destinés « aux jeunes adultes ». Des histoires qui ne pourraient pas se passer d’images. D’ailleurs, souligne t-elle, l’univers des ados du 21ème siècle est rempli d’images : jeux vidéo, télé, Facebook… Pourquoi la littérature se priverait-elle volontairement d’images, ce compagnon du jeune homme moderne.

On pourrait rétorquer, parce que son monde déborde déjà d’images, justement ! Mais l’argument serait faible.

Non l’image n’est pas le mal ou l’anti-littérature. On pourrait même pousser la question de Cathy Brett plus loin : pourquoi les romans pour adultes sont-ils eux aussi dépourvus d’images ?

Rendez-nous Cervantès illustré par Daumier, les grandes images des œuvres de jules Verne chez Hetzel ou Le Marquis de Sade quand il s’acoquine avec Dubout.

Ah mais j’y pense, récemment Pennac s’est offert Larcenet pour Journal d’un corps ; marions donc Amélie Nothomb à Charles Burns, Marc Levy à Lewis Trondheim et Guillaume Musso à Zep.

C’est beau la littérature quand c’est bien dessiné.

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePrint this page

1 réflexion au sujet de “Pas d’images pour les ados”

  1. Je trouve Marc Lévy et Lewis Trondheim mieux accordés que Guillaume Musso et Zep. Pour moi la bonne question, c’est plutôt : « Pourquoi les dessins ont quasiment disparu de la presse ? » Les illustrations de Tardi n’apportent rien au « Voyage » de Céline, tandis que les dessins de Cabu apportent énormément à l’info.

Les commentaires sont fermés.