Fred Neidhardt jette les Pieds-Noirs dans la bande dessinée

Les Pieds-Noirs à la mer

Fred Neidhardt n’est pas Spiegelman et Les Pieds Noirs à la mer n’est pas Maus.

Pourtant c’est le premier rapprochement qui vient à l’esprit. Et les traits animaliers des personnages de Neidhardt n’en sont pas la première raison. Une musique surtout, celle des dialogues et une démarche ensuite, celle de se retourner vers un passé familiale quand celui-ci a croisé la grande histoire ; de faire parler les derniers survivants et de voir le passé à la lumière de leurs yeux. Et de jouer avec les souvenirs précis, ceux de témoins de premier plan, mélangés à une mémoire où la réalité s’est parfois brouillée au cours des années.

Les Pieds Noirs à la mer de Fred Neidhardt, c’est l’histoire d’une fugue, celle du jeune Daniel dans un Marseille des années 80 et les méandres d’un passé douloureux et perdu. L’histoire d’un jeune homme qui voudrait que le passé n’ait plus prise sur le présent. Mission impossible.

Chez Neidhardt, les drames sanglants d’hier se sont mués en paroles brutales rapportées par un reporter qui refuserait tous les effets de style. Neidhardt ne fait pas de la littérature. C’est parfois naïf mais toujours sincère.

Le trait brut de Neidhardt restitue parfaitement cette crudité à peine supportable quand elle reste circonscrite au cercle familiale ; totalement insupportable quand elle s’en échappe.

Au long de ses 100 pages, l’album nous offre, notamment lorsqu’il nous ramène en Algérie, quelques moments forts que l’on croise trop rarement dans la bande dessinée. On reprochera à Neidhardt de sombrer dans dans un certain pathos en toute fin de récit.

Neidhardt parviendra-t-il à toucher le cœur des hommes avec cet histoire si personnelle attachée à cet épisode mal aimé de l’Histoire de France ?

Ferrandez a Camus. Il reste à Neidhardt  son grand-père.

Les pieds noirs à la mer –  Fred Neidhardt – Marabout (octobre 2013)

Fred Neidhardt

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePrint this page