Et mes fesses, tu les aimes mes fesses ? Les plus belles fesses de la BD franco-belge

Pour célébrer les 50 ans du Mépris (1963) de Godard (au Rapide on a toujours besoin d’un alibi culturel pour montrer du cul), film dans lequel Brigitte Bardot passait, d’une voix boudeuse et interrogative, son anatomie en revue, sans manquer d’évoquer l’une des partie charnue de son corps (et ce n’était pas ses lèvres), Le Rapide vous propose lui aussi une petite revue des plus belles fesses de la bande dessinée franco-belge.

On a choisi que du classique ; presque de l’icone.

Pour Natacha (François Walthéry), c’est facile. Pour Yoko Tsuno tu peux toujours d’accrocher.

Natacha

Chez Spirou côté fesse, Tome et Janry ont ouvert la voie (si j’ose dire)

Spirou

Chez Titeuf, on y pense beaucoup…

Titeuf

Benoit Feroumont a la fesse médiévale

Le Royaume

Pénélope Bagieu ose la fesse sans complexe (?) de Joséphine

Pénélope Bagieu

Les Nombrils de dos, ça reste les Nombrils

Les Nombrils

Les Nombrils

Arthur de Pins incontournable avec Péchés Mignons

Péchés mignons

La fesse Frustrée de Bretécher

Bretecher

La fesse ensorceleuse de Mélusine (Clarke et Gilson)

Mélusine

La fesse franche et populaire des Bidochons

Les Bidochons

Enfin la fesse masculine version western et jean extra slim

Lucky Luke

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePrint this page

1 réflexion au sujet de “Et mes fesses, tu les aimes mes fesses ? Les plus belles fesses de la BD franco-belge”

Les commentaires sont fermés.